Éric Zemmour est un raciste. Il l’affirme haut et fort. Il en est fier. Il en vit. Il se nourrit de la bêtise humaine. Une forme de coprophagie. En France - ce n’est pas un hasard-, tandis que l’apologie de l’antisémitisme est lourdement sanctionnée (les victimes étant a priori clairement désignées), aucune loi ne punit l’apologie du racisme parce qu’on fait semblant de croire que le racisme ne vise personne en particulier alors qu’il vise essentiellement les habitants du continent africain et leur diaspora (d'où l'invention, par les racistes, pour se couvrir, d'un prétendu racisme anti-blancs). Tant que ceux qui souffrent du racisme sont dans l’impossibilité de siéger à l’assemblée nationale, une loi interdisant l’apologie du racisme n’est pas près d’être proposée. Je suis presque sûr, d'ailleurs, qu’une bonne moitié des députés français (gauche-droite confondues), pour ne pas dire les deux tiers, croient mordicus à l’existence de «races» humaines et un petit cinquième qu’ils appartiennent à la «race» supérieure. Ce sont malheureusement les chiffres officiels correspondant à la position de l’ensemble des Français sur la question de la « race » (cf le sondage annuel de la commission nationale consultative des droits de l’homme). Les élites françaises, c'est bien connu, sont en outre plus racistes que la masse. Les associations comme le CRAN, impunément fondées sur l’idée de « race » et qui font ouvertement le jeu des racistes qui les soutiennent et les financent, encouragent cette démarche. Les promoteurs des «statistiques ethniques» font exactement le même travail que Zemmour. La preuve : il en tire parti pour réclamer des statistiques ethniques de la délinquance. Car les statistiques ethniques n'ont été imaginées que pour ça : stigmatiser les «noirs» et les «arabes». Mais avec la caution de la science (la sociologie en l'occurrence, façon Wieviorka). Non seulement l’apologie du racisme est autorisée en France, mais les Français les plus bêtes (c'est à dire une bonne partie de l'élite soutenue par une majorité de la population) aiment ça. Le gouvernement, obsédé par le Front national, laisse faire et parfois encourage. Zemmour tient ainsi boutique en toute impunité. Il le sait très bien et il exploite ce vide juridique au maximum en évitant généralement d’aller jusqu’à la hiérarchisation des prétendues «races» dont il affirme l’existence, sachant que cela l’exposerait à des poursuites. Mais en déclarant sur une chaîne de service public que les délinquants sont principalement des « noirs » et des « arabes », Zemmour a franchi un pas. Cette fois, il tombe sous le coup de la loi. Il doit être condamné par les tribunaux. Mais surtout il doit disparaître du service public. Il est intolérable que la redevance soit payée pour redonner une partie de l’argent public à des individus dont le fonds de commerce est d’attiser le racisme et de provoquer à l’antisémitisme. Au XIXe siècle, à force de jouer avec la «race», à force de dire, par exemple, que les Allemands formaient une «race», qu'ils sentaient mauvais (oui, c'est ce que disaient en France les Zemmour d'avant la première guerre mondiale) les promoteurs de l'idée de «race» ont fini par inventer une «race» juive qu'il fallait exterminer pour «purifier» la «race» blanche. Zemmour cherche-t-il à s'inscire dans cette tradition-là ? Quant aux animateurs qui acceptent d’inviter Zemmour, sans jamais lui opposer de contradicteur capable de le moucher, ce qui serait extrêmement facile (imaginez la mise à mort médiatique de Zemmour si j'étais trois minutes en face de lui en direct), ils se rendent complices de ses propos. On sait très bien que certains d’entre eux partagent la même idéologie et ne s’en cachent guère. En attendant que le CSA, qui vient d’être saisi, se soit prononcé, le meilleur parti est de boycotter systématiquement les émissions de télévision et de radio où il apparaît. Ne le regardez plus, ne l’écoutez plus, ne le lisez plus et il n’existera plus ! Pour ma part, je ne regarde pas Zemmour, je ne lis pas les journaux où il écrit. Il n’est pour moi qu’un ectoplasme fienteux dont les propos pestilentiels ne me parviennent que par le bassin de décantation du web. Arrêtons de nous laisser abrutir par des médias qui nous méprisent ! Le boycott est la seule solution.