Singulier contraste entre le torrent printanier d’injures et de calomnies qui se déverse sur Christiane Taubira et le fait que l’on ait complètement oublié le nom de son prédécesseur, à supposer qu’on l’ait jamais su.

Ceux qui déversent leur bile infectée ? Les mêmes qui, voici un an, s’en prenaient à Nafissatou Diallo.

Christiane Taubira dérange pour quatre raisons.

D'abord, son indépendance. Un ministre émancipé place Vendôme, c’est une première.

La seconde raison c’est son sexe. Une femme à la Justice, c’est ennuyeux. Surtout au moment où les procédures se multiplient contre DSK.

Troisième raison : la loi qu’elle a fait voter en 2001. Taubira ministre de la Justice, c’est un mauvais signal pour ceux qui espéraient abroger les «lois mémorielles». Avec elle au gouvernement, on est à peu près sûrs qu’on y aura encore droit le 10 mai 2013, à moins que, d’ici là, les racistes n'aient repris la main.

La dernière raison, on s’en doute, c’est sa couleur. De même que, pour certains, il y avait trop de «nègres» dans l’équipe de France de football, cette fois c’est dans l’équipe gouvernementale qu’il y aurait pléthore de «bamboulas».

Une femme noire recrutée pour son engagement et sa compétence, une femme noire dans un autre rôle que celui de femme de chambre ou d’objet sexuel, pour une petite minorité d’aigris et d’excités, voilà qui est certainement insupportable.

Pour ma part, je suis très heureux que Christiane entre au Gouvernement. Non seulement parce qu’elle le mérite et qu’elle fera une excellente Garde des Sceaux, mais aussi parce je ne manquerai pas de lui suggérer de renforcer les dispositifs réprimant l’apologie du racisme.

Figurez-vous qu’au pays des droits de l’homme, le fait de s’affirmer publiquement raciste n’est puni par aucune loi. Non, aucune ! Vous pouvez vérifier. En France, le racisme n’est pénalement punissable que si une catégorie déterminée est désignée. De sorte qu’on peut se dire publiquement raciste, fier de l’être et décomplexé sans risquer aucune poursuite. Jusqu’à présent, ce vide juridique ne dérangeait pas grand monde et quand je le dénonçais, j’entendais ricaner.

On espère que les choses vont changer et que Christiane Taubira y contribuera.